http://www.decostele.com/

Didier Poisson

Musique en chambre
CRITIQUE D'ART

La relation entre la matière, le langage et la pensée sont les fondements essentiels de l’acte de création du sculpteur. Tentation lyrique et charnelle de l’artiste qui s’efforce de saisir l’émotion originelle, perception du réel sublimé dans le mouvement et la forme sculpturale, l’œuvre se présente comme une expérience visuelle, sensorielle, spirituelle, métaphysique et symbolique. Cette matérialité et ce sens absolu de la créativité sont fruits du talent de Didier Poisson. Né le 28 décembre 1968 à Carentan (presqu’île du Cotentin) cet artiste, à la facture sculpturale remarquable par l’éclectisme et la richesse des thèmes qu’il aborde, atteint, dans chacune de ses créations, les abysses de la perfection esthétique et la quintessence de l’équilibre, du mouvement et de l’abstraction.
Travaillant le marbre noir et le granit, l’artiste intègre et juxtapose dans certaines de ses œuvres des matériaux comme le verre, l’inox, le fer, le bois… Et lorsque Didier Poisson intègre la couleur dans ses sculptures, il interroge et questionne notre plasticité optique et intellectuelle. L’union des matières et l’imaginaire de l’artiste donnent alors naissance à des créations mystérieuses, sensuelles, ironiques, célestes ou lyriques. Failles de couleurs, langage harmonieux de courbes, prégnance de formes anguleuses, les sculptures de Didier Poisson sont des offrandes au doux parfum d’amour et de confidences. Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de découvrir « Circassienne » œuvre de marbre et pigments, au galbe particulièrement envoûtant qui rappelle le magnétisme des beautés andalouses dans leurs robes de feu. Si l’œuvre de Didier Poisson témoigne de sensualité, de poésie et d’élégance par l’hommage qu’il voue à la femme dans ses créations, ce qui fait résolument écho dans son œuvre, c’est sa lecture profonde  du monde et de l’existence, dans des images et allégories sculpturales qui ouvrent les voies de l’imaginaire et de l’inconscient  de chacun d’entre nous. Répondant à de nombreuses commandes publiques et privées, Didier Poisson réalisa en 2014 une œuvre monumentale à l’occasion du 70ème anniversaire  du débarquement en Normandie. Maintes fois primé et exposé, il recevra en 2007, le prix de sculpture « Arthur Le Duc » et sera la même année l’invité d’honneur de la convention du 507th P.I.R. des vétérans à Atlanta. Avec un artiste aussi admirable, la sculpture abstraite a trouvé son mentor.
 
                                                      Sandrine Turquier -  Ecrivain -  Critique d’Art
CRITIQUE D'ART

Son œuvre, très variée et très remarquée, a été présentée dans de nombreuses expositions personnelles et collectives.
 
Les sculptures de Didier Poisson sont surprenantes : des formes signifiantes et mystérieuses, très souvent épurées, qui interpellent par leur grâce et par leur force. Qu’elles soient présentées comme des objets artistiques en soi coupés de leur environnement, selon les normes classiques, ou bien intégrées dans des ensembles naturels plus vastes qu’ils investissent alors de leur sens, ces créations ne manquent pas de questionner notre regard. Même lorsqu’elles atteignent des dimensions monumentales, ces œuvres défient la pesanteur et l’immobilité : de paradoxales sculptures en mouvement surgissent sous nos yeux, et leur temps suspendu semble prêt à reprendre sa marche.  
 
Mais les paradoxes ne s’arrêtent pas là. Didier Poisson arrive à condenser dans une même œuvre le vertige de l’espace infini et la suggestion de l’intimité: son audacieux « Traceur du temps » évoque, sur fond de pierre rouge lunaire, le mouvement cosmique des planètes, mais aussi la beauté privée d’un collier prêt à être offert dans son bel écrin irrégulier... L’éphémère et l’intemporel fusionnent dans un même objet.
 
Quelques détours par la sphère du religieux sont l’occasion pour l’artiste de nous donner à voir la foi incarnée. C’est le cas de « L’homme mosquée », figure hybride qui absorbe dans ses traits anthropomorphes la religion instituée : la pierre devient chair, et vice-versa. La réunion des forces individuelles dans une sorte de danse magique est perceptible dans la sculpture « Marche tibétaine  », qui porte le sous-titre « Prosternation ». On peut y lire également la succession des mouvements dans le temps, encore une manière pour Didier Poisson de repousser les limites de la sculpture. Ici, le marbre et le granit côtoient le bois et le sable, et cette juxtaposition d’éléments nous incite une fois de plus à réfléchir sur le passage du temps.
 
Un imaginaire postmoderne - qui ne se prive pas de recourir aux sources ancestrales -  s’épanche à travers des créations et des créatures nouvelles et convaincantes : le « Serpent de vagues », l’eau féminisée (« H2O »), les humanoïdes bossus, mi-hommes mi-robots à la poursuite d’une énigme verte  (« La belle verte ») et surtout cette « Psychamilka » faite en granit d' Himalaya d' Inde, cornes de vache et mamelles synthétiques. Quel bonheur de la regarder blottie au milieu des hautes herbes, tout droit sorties d’un rêve enfantin ou d’un conte!  
 
Didier Poisson n’hésite pas à être un sculpteur de mots également : ses titres nomment bien la réalité dont il est le créateur, avec une vraie force poétique doublée souvent d’un jeu ironique : « Delphine la Pinope » surgit ainsi de ses rondeurs, la « Victoire cravatée » nous renvoie à son modèle antique tout en gardant ses angles, les « Crabes patriotes » hauts en couleurs dansent de façon plutôt anarchique sous nos yeux. Parmi les œuvres monumentales, « Ensemble vers l’eau de là » nous guide simultanément vers la source de vie si proche et vers un Au-delà déroutant.  
 
L’œuvre engage également un beau dialogue avec son environnement : certaines compositions jouent non seulement avec les matériaux traditionnels, mais elles intègrent aussi le ciel, les saisons… elles pointent vers un hors-cadre qui est aussi celui où se déroulent nos vies. On se laisse envoûter par ce travail et par son harmonie ouverte, qui nous interpelle et nous interroge sur nos propres rapports avec le monde.


Monica Salvan,  Professeur de Lettres modernes, Docteur en langues, littératures et sociétés


Traceur du temps

Créé avec Artmajeur